Posted on

Spécial vins : pineau, simple drink ?

Vendredi 16 septembre – Le Point.
Spécial vins : pineau, simple drink ?

Le pineau des Charentes revient en force : qualité resserrée, cahier des charges sévère… Un produit d’exception qui séduit aussi les rois du cocktail.

banner_sisters

Sans doute une influence océanique : les producteurs de pineau, tous également élaborateurs de cognac, naviguaient là où le vent les portait. Une brise favorable au cognac et la production de pineau diminuait, puis si la brillante eau-de-vie se retrouvait encalminée sur quelque marché asiatique, on augmentait le pineau. Pourquoi ? Parce que, sans cognac, pas de pineau. Celui-ci résulte d’un assemblage de jus de raisin auquel on ajoute du cognac vieux d’au moins deux ans. L’ensemble doit, selon le décret, se stabiliser entre 16 et 22° d’alcool. C’est ce qu’on appelle un vin de liqueur, comme le ratafia produit en Champagne et en Bourgogne. Là, noblesse oblige, l’alcool utilisé relève du grand luxe. À l’occasion de la foire aux vins, trouvez le meilleur vin près de chez vous grâce à notre moteur de recherche.

Lire l’article

Posted on

Les deux soeurs reviennent chez elles

Vendredi 8 janvier 2016 – Grande région.
Les deux sœurs reviennent chez elles.


grande_regionL’histoire de ces deux sœurs est celle d’un changement de vie, d’un retour dans le giron familial pour reprendre l’exploitation parentale à Chillac, en Charente.

Pourtant, chacune avait fait sa vie de son côté, loin des horizons charentais. Blandine, 38 ans, comme responsable jardinerie chez Auchan à Tours, et Anne-Laure, 33 ans, mère de deux enfants, dans l’informatique à Paris. La peur de voir disparaître le fruit du labeur de leurs ancêtres avec la retraite de leurs parents a constitué un déclic. Elles reviennent en Charente en 2011.


L’exploitation de 150 ha comprend des céréales et 25 ha de vignes plantées à 99% d’Ugni blanc sur trois crus différents (Petite Champagne, Fins Bois et Bans Bois), Elles sont sous contrat avec la Sica Cognac associée à Grand-Marnier et font aussi la vente directe en bouteille. L’entreprise emploie cinq personnes : leur père, Bernard Conte, l’oncle, Pierre-Marie, et trois salariés.

Lire l’article