Posted on

Elles s’installent ensemble dans le vignoble familial à Chillac

Vendredi 8 août 2014 – Sud-Ouest.
Elles ont pris un virage à 180° en s’installant ensemble dans le vignoble familial à Chillac, dans le canton de Brossac.

soeurs_contefille2 © Photos Mauricette Boutin

Blandine et Anne-Laure Conte ont leur Chez elles à Chillac. Au cœur de leur vignoble, les deux sœurs proposent vieux pineau et pineau, blanc et rosé, cognac, jus de raisin, pétillant de raisin.

Leurs regards complices en dit long sur leur façon de travailler ensemble : « On s’encourage. On est sur la même longueur d’ondes ». Blandine Conte a 37 ans. Anne-Laure, maman de deux enfants, en a 32. Toutes deux avaient quitté le cocon familial de la ferme de Chez Grimaud, à Chillac, pour des parcours professionnels différents.

 

Blandine, que la nature fascine, avait suivi une formation de fleuriste qui l’avait conduite en jardinerie, à Tours, comme responsable de groupe chez Auchan. Anne-Laure, elle, baignait comme commerciale, dans les logiciels informatiques. Puis les deux sœurs ont entendu leurs parents parler de départ en retraite. Mais comment imaginer que cette ferme viticole sur laquelle l’arrière-grand-père Coiffard bichonnait, en 1860, 40 hectares de vigne (avant le phylloxera), où les Conte à leur tour avaient relancé le vignoble en 1930, puisse changer de mains et quitter la famille ? « Nous sommes attachées à cette ferme, au travail de nos ancêtres. Notre père a cessé d’élever des vaches laitières pour commencer à distiller en 1989. Il a développé l’exploitation céréalière. Elle compte aujourd’hui 150 hectares. Le vignoble, réduit à 17 hectares, après la maladie, est passé depuis à 25 hectares plantés en ugni blanc, en Petite Champagne.

alambicsLe nouveau paradis de Blandine et Anne-Laure : la distillerie paternelle créée en 1989

L’idée de s’installer comme agri-viticultrices commençait chez les deux femmes à faire son bonhomme de chemin. Et même si, comme elles s’entendent à le dire : « les successions se préparent souvent au moins sur dix ans », elles n’ont pas hésité longtemps.

Anne-Laure avoue : « Cela m’ennuyait beaucoup que tout cet investissement, surtout avec la distillerie, ait été fait pour rien ». « C’était un peu comme un déchirement » pour Blandine. Alors, le jour où Anne-Laure a dit à Blandine : « ça te dirait qu’on s’installe ? », la réponse était déjà prête. Blandine s’est lancée finalement la première, en 2011, Anne-Laure en 2012. « Le travail n’est pas caché. Mais on a baigné dans ce milieu. On a vu nos parents travailler. On savait ce qui nous attendait ».

soeurs_vignes25 hectares sont plantés d’ugni blanc à Chillac et aux alentours.

Ce travail est rythmé par la production et la commercialisation. Toutes les deux travaillent dans la vigne. Mais Blandine préfère largement le tracteur à l’ordinateur. Anne-Laure avec ses deux bouts de chou, arrive à concilier une vie de famille et d’exploitante. Mercredi, baptême : les deux sœurs ont vécu leur premier marché de producteurs de pays à Nonac. « Sinon, nous sommes présentes dans les grandes foires et les salons ». Et avec un vieux pineau primé chez Gault et Millau au printemps, les viticultrices ne passent pas inaperçues. Même si le produit est le fruit du travail de la génération précédente, il faut savoir le chérir et le valoriser.

Pineau vieux, blanc et rosé, cognac, jus de raisin pétillant, s’écoulent vers la Creuse, la Meuse, la Corrèze, à Paris, mais aussi à la boulangerie de Condéon, à la ferme gastronomique de Chalais, chez les cavistes…

Chez elles, une nouvelle marque

Lorsque Blandine et Anne-Laure se sont installées, elles ont choisi leur signature : « Chais L ». Depuis, elles se sont ravisées : « Les gens ne comprenaient pas bien le jeu de mot. On a préféré Chez elles. Finalement, c’est plus simple et c’est bien chez nous ». Les toutes premières étiquettes ont fleuri ces derniers jours. Les clients ont réservé un accueil très chaleureux à cette nouvelle marque.

L’entreprise, la SARL Conte et filles, emploie quatre personnes : leur père Bernard Conte, leur oncle Pierre-Marie ainsi que deux autres salariés Raymond et Christophe.

Blandine et Anne-Laure veulent innover : « Nous souhaitons développer l’œnotourisme. Nous avons quelques idées ». Déjà, en vendant leurs produits directement à la ferme, en proposant des recettes de cocktails et des dégustations, les visiteurs et connaisseurs sont charmés. Une aire réservée aux camping-cars, bien au calme, est un atout. Ces jeunes femmes ont décidément, le sens de l’accueil. D’ailleurs, Anne-Laure a ouvert des chambres d’hôtes à Challignac où elle habite. La vigne, c’est leur passion à toutes les deux : « Aujourd’hui, on met en bouteilles. Qui sait, demain, on exportera peut-être ? »

Tél. 06 80 41 87 34 ou 06 62 38 37 06